Démolition d’entreprises pour stimuler l’économie locale?

IMG_0811

Hier, j’ai écrit et publié un article fort positif sur le projet du plan du programme de la démolition des bâtiments de l’ancien usine de Rexam, pour faire place pour un éventuel port de plaisance. Sur Facebook, ma voisine Martine Manuel se demandait que vont devenir les occupants d’une partie des bâtiments: notamment l’entreprise Gauthey Placages et Filets (jeune couple Thom et Laurie, avec leur belle fille Séraphine et un chat) qui louent un local directement à l’entrée.

Alors je suis allé au Quai Georges Bardin pour poser la question à la personne concernée. En rencontrant Thom devant l’entreprise, je lui demande comment ça va? Il m’explique que ça va moyennement car les fondations de son entreprise ont été secoués. Il ne sait plus où il en est avec la démolition annoncée. Une nouvelle qui pour lui venait comme un coup de tonnerre. Il loue son bâtiment de la municipalité et pendant les derniers mois il a essayé plusieurs fois de contacter la mairie pour parler de l’utilisation de quelques bâtiments annexes. Le conseiller municipal responsable de l’économie, Philippe Betencourt, lui a dit qu’il fallait plutôt contacter le maire. Mais le maire, lui, est un homme très occupé qui clairement n’a pas le temps pour des petits entrepreneurs, même s’ils sont parmi les leaders dans leur marché. (Pour dire vrai, le maire n’a même pas le temps pour le Président de l’Association pour l’Inscription de l’Abbaye Saint Philibert et ses environnements à la Liste de Patrimoine de l’Unesco, à qui il a posé un lapin plusieurs fois.)

Alors quand un beau jour Thom a vu le maire qui parlait avec un groupe de personnes sur le parking devant son entreprise, il l’a accosté pour demander des renseignements sur ses annexes et son bail. Le maire lui a fait comprendre qu’il n’avait pas le temps d’en parler et a ajouté: « De toute façon, on va vous virer d’ici. »

Bon, Thom, ça l’a bien assis.

« J’ai un bail. Il me reste encore 9 ans, alors il ne peut pas me virer. Mais le maire me dit qu’il va trouver moyen quand même, alors je ne sais pas ce qui va se passer. On ne me propose pas un autre local, alors je dois aller où? »

Bon, je suis sûr que Thom se trompe et que le déplacement voire déménagement de cette entreprise fort sympathique a été bien pensé. Sans doute l’équipe municipale ont même prévu dans le budget pour la démolition une somme de dédommagement pour les frais de l’entreprise Gauthey, comme ils l’ont fait d’ailleurs pour la Ferronnerie de l’Abbaye, qui ont dû évacuer leurs locaux au Z.I. du Pas Fleurie et sont maintenant dans les anciens bâtiments de la service technique, également rive gauche (interview prochainement?).

Alors je dirai à Thom:

« T’inquiète! M. Le Maire est parfois un peu brusque sur le plan social, mais ce n’est que de la timidité surcompensée. Sous cette chemise blanche bat un cœur rempli d’amour pour les entreprises, qui font après tout un moteur puissant pour le dynamisme de notre ville! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *