Chers ami(e)s tournusiens et tournusiennes, faut qu’on cause!

Je ne sais pas si vous avez suivi un peu les discussions sur l’installation d’un nouvel hypermarché ‘Leclerc’ en périphérie nord, mais quand on regarde ce projet d’un œil objectif, on ne peut que constater que c’est une énorme connerie. Je vais vous dire pourquoi.

  1. C’est mauvais pour la vitalité du centre-ville.

Leclerc s’installe avec des milliers de m2 de surface de vente (fringues, chaussures, électroménager, bricolage, bijoux, maroquinerie, presse, alimentaire). Le chiffre d’affaire de Leclerc, ça vient des poches des habitants du Tournugeois. Et puisque nous ne pouvons dépenser notre euro qu’une seule fois, c’est logique que les commerces du centre souffriront. Le centre-ville, déjà pas en très bonne santé, va mourir.

  1. C’est mauvais pour l’emploi.

Chaque emploi crée en périphérie en détruit deux dans le centre. Vous voyez, ces gentils commerçants qui maintenant vous donnent des conseils sur leurs produits à deux pas de chez nous, vous les reverrez bipper derrières les caisses dans un job mal payé chez Leclerc. Leur magasin au centre détruit. Mais ne vous inquiétez pas, le maire va cacher leur misère derrière des jolis trompe l’œils.

  1. On a assez de grandes surfaces.

Vous voulez faire des courses au supermarché? Il y a Carrefour, Simply Market, Lidl (bientôt +1000m2) et Aldi. Plus grand? Faites 6 minutes vers le Nord et il y a Auchan à Sennecey. Faut absolument que ça soit un Leclerc? Y’a Lux à 18 minutes chrono. Et pendant que vous y êtes, regardez un peu autour de vous. Convivial? Non. Vous voulez ça pour Tournus?

  1. C’est trop grand.

Tournus est une petite ville sympathique. Et c’est justement son charme. Ça s’est un peu endormi, c’est pas tout neuf, mais bon, on est là depuis plus de dix siècles. On n’a pas besoin de grandeur stérile comme les quais de Mâcon, ni d’énormes surfaces commerciales autour et d’un centre mort, comme Chalon-sur-Saône.

  1. Ça va nous coûter cher.

Le gouvernement a attribué à Tournus une subvention de près de 7 millions pour la revitalisation du centre-ville. Mais cette subvention (à dépenser à volonté pour notre propre ville!)… est-ce qu’on l’aura si on accepte l’investissement de 40 millions du porteur de projet de Leclerc, à dépenser par Leclerc pour Leclerc? Un projet qui nuira directement aux objectifs de revitalisation qui nous ont gagné cette subvention? Je crains que non.

  1. Ce n’est pas démocratique.

Le projet Leclerc a été initié par Claude Roche et ses relations investisseurs. Il veut sans doute leur faire plaisir en les aidant de s’implanter à Tournus. Mais ses projets, sont-ils bénéficiaires aux habitants de Tournus? Il ne nous a rien demandé. Un projet commercial n’était pas dans le programme qui a fait élire l’équipe de Claude Roche. En effet, dans son programme il nous a promis qu’il fera tous les grands projets en concertation avec les habitants. Il nous a menti, parce qu’il refuse même de partager les plus simples informations autour du projet. Il ne répond pas aux questions et personne ne sait exactement ce qu’il est en train de faire.

ALORS, QUE FAIRE?

Pendant le prochain conseil municipal de Tournus, mercredi 23 novembre prochain à 19h00, les élus doivent se prononcer sur le lancement de la procédure de modification du PLU en zone nord. La première étape majeure qui pourrait sceller définitivement le projet « Leclerc » dans l’avenir de notre ville.

VOTER POUR le lancement de la modification du PLU égale à dérouler un tapis rouge au porteur de projet privé.

VOTER CONTRE le lancement immédiat et imposer une concertation préalable est un vote POUR le dialogue et la démocratie.

Si vous êtes élu.

Vous avez le droit de voter comme vous voulez. Mais votez selon votre conscience. Si vous croyez avec moi que tout ça est allé trop vite, qu’il faut un dialogue, une concertation ou au moins plus de temps pour réflexion, vous n’avez qu’une seule chance pour stopper le projet. Si vous votez pour, vous donnez carte blanche à Alain Landais et Leclerc. Alors ce mercredi, s’il vous plaît, votez CONTRE.

Si vous êtes citoyen.

Vous en connaissez forcément, des élu(e)s. Ce sont des ami(e)s, des connaissances, de prestataires ou même des membres de votre famille. Vous savez lesquels et lesquelles seront amenés à voter avec Claude Roche, alors pour le projet. Peut-être par loyauté. Peut-être par peur. Peut-être par incapacité de comprendre des arguments et des chiffres. Parlez avec eux. Essayez de les faire comprendre quels sont les enjeux. Dites-les que leur loyauté primaire devrait être aux habitants de Tournus et le Tournugeois. Dites-les de voter contre.

Si vous êtes commerçant.

Lisez bien les arguments et parlez-en autour de vous. Vous avez des clients fidèles, expliquez les dangers pour le centre de tournus et les commerces de proximité. Vous rencontrez des élus… entamez une conversation sur ce sujet primordial pour notre futur.

Si vous êtes Claude Roche.

Arrêtez un peu vos conneries et acceptez les règles de la démocratie.

9 réflexions au sujet de « Chers ami(e)s tournusiens et tournusiennes, faut qu’on cause! »

  1. Laurent COMTE

    Il y a de vraies vérités mais avec des paradoxes certains ! A l’évidence vous « resservez encore une fois la soupe » en indiquant que nous avons suffisamment de grandes surfaces de proximité, et c’est bien la vérité. Nous n’avons certes en terme d’offre de choix,et concernant les grandes surfaces alimentaires, besoin de rien d’autre sur le bassin local , mais crier effectivement à tout va que le centre-ville en mourra ..Celui-ci n’est à l’heure actuelle pas encore enterré.
    Une seule certitude, rien n’est plus délétère pour l’avenir de nos commerçants Tournusiens !! Surtout vis-à-vis de celles et ceux qui par hasard ont ou avaient envie de s’y installer ou de s’y agrandir, que de rebondir sans cesse sur cette mort annoncée des commerces de proximité.
    En terme d’emploi, il est bien plus aisé de pouvoir en parler lorsque l’on en a un…Ces statistiques ne servent en priorité que ceux qui jouent principalement sur la peur. OUI il y aura un impact sur certains commerces et/ou services, mais en connaissez-vous aujourd’hui véritablement les proportions ? Les boutiques de l’hypothétique galerie marchande commerceront elles les mêmes choses et à qualité égale ? Ce sera surtout vrai pour un bon nombre de denrées alimentaires, qui impacteront de fait les moyennes surfaces existantes déjà en touchant principalement la même clientèle. Pour le reste je ne partage pas, même si je la respecte profondément votre analyse.
    A titre d’exemple, la clientèle régulière de nos deux épiceries fines du centre-ville n’achète pas ces mêmes produits en grande surfaces déjà présentes sur la place. La quincaillerie REBILLARD-VOISIN n’a pas licenciée non plus lors de l’ouverture de Mr BRICOLAGE, les exemples peuvent se fournir et néanmoins les avis se débattre.
    Il faut effectivement pouvoir le faire avec celles et ceux qui craignent pour leur emploi, mais aussi avec celles et ceux qui comptent manifestement sur ce projet pour revenir de nouveau ou entrer tout simplement dans le monde du travail. Ou mettons-nous le curseur ? Tout en sachant que les propositions faites concerneront à fortiori beaucoup d’emplois peu qualifiés vis-à-vis d’une population qui malheureusement pourra correspondre sur le local à cette attente ?
    Peut –être faudrait-il aussi « interroger » la municipalité sur les éventuels courriers reçus concernant ces hypothétiques embauches pour en mesurer l’impact ?
    Tout dernièrement, je pourrai vous citer le cas d’une famille de Tournus encrée sur le local depuis plusieurs décennies, et que je connais très bien, me dire « nous on espère../.. (le chômage frappe le père et les deux enfants majeurs revenus chez leurs parents faute de moyen.)
    Alors sur ce cas particulier que je connais moi-même et qui existe malheureusement par centaines sur le local, une seule question ? Que dit-on à cette population qui espère ? Peut-être qu’elle sera la mainmise d’emplois précaires proposés le cas échéant ? Mais pour quelqu’un qui cherche un « job », et qui aujourd’hui ne connait que l’épreuve du chômage, cette rupture cumulative des liens sociaux, ON FAIT QUOI ???
    Une chose parfaitement positive cependant, la création de l’association TOURNUGEOIS VIVANT, qui doit permettre de faire bouger les lignes de tous bords confondus, en positionnant les décideurs devant leurs véritables responsabilités…mais la, c’est autre chose…

    Répondre
    1. kr3k Auteur de l’article

      C’est vrai que crier ‘loup’ sur les dangers du centre commercial peut effrayer des commerçants désireux de s’installer à Tournus. Malheureusement je ne vois pas d’alternative. Si on ne dit rien, et ils d’installent seulement pour être écrasé dans deux ans, les dégâts seront encore pire pour eux et pour nous. Ne rien dire n’est pas une option.

      Les magasins de la galerie marchande (pas hypothétique, car clairement cité dans le projet) n’offriront peut-être pas exactement la même chose. Mais on ne peut nier que le chiffre d’affaires des nouveaux magasin doit venir de quelque part. S’ils vendent des chaussures, de l’électroménager, des livres, du fromage… d’autres magasins en vendront moins.

      D’après le dossier du projet tenu en mairie (mais pas partagé par le maire), Leclerc compte prendre 32% du chiffre d’affaires dans la zone de chalandise. Alors c’est 32% qui n’est pas dépensé ailleurs. Je ne sais pas combien de magasins pourront survivre de perdre 32%, 20% ou même 10% de leur chiffre. Je vous invite d’en parler avec les commerçants du centre-ville. Rebillard, mais bien sûr aussi Simply et Auchan de Sennecey… ils vous diront ce qui va se passer.

      En plus, il ne faut pas sous-estimer l’effet secondaire. Si les gens iront là-bas, ils passeront moins de temps dans le centre-ville. Alors même si les magasins du centre ont un assortiment différent, il y aura moins de passage pour le découvrir.

      Les jobs, il en faut. Et des jobs peu qualifiés, aussi. Mais d’après François Moutot, Directeur Général de l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat, 1 emploi crée en périférie en détruit 2 dans le centre. Alors le résultat net sera toujours négatif.

      Je suis entièrement d’accord avec vous qu’il faut faire quelque chose pour créer des emplois. En effet, si vous cherchez un peu sur mon site (catégorie ‘Idees pour Tournus), vous verrez que je fais pas mal de propositions pour cette zone nord sans nuire au centre-ville. Ces terrains En Baraban et Monplaisir sont superbement placés pour y créer une zone économique. Il faudrait alors étudier et creuser un peu plus pour voir si on ne pourra pas faire quelque chose là bas sans y ajouter un hypermarché Leclerc. Pour un terrain i bien placé, je suis sûr qu’on pourrait trouver un investisseur sans supermarché.

      De toute façon, il faut un développement démocratique et mesurée, au lieu d’imposer un centre commercial néfaste.

      Répondre
    2. Tournugeois Vivant

      @LaurentComte
      je vous cite  » mais crier effectivement à tout va que le centre-ville en mourra ».

      Permettez-moi de vous poser une question : vous êtes allé voir les villes comparables où un projet comparable a été mené à bien ?

      Répondre
      1. comte

        Bonjour à vous, merci de vos réponses, bien loin de moi l’idée de vouloir engager une polémique digne de ce nom sur cet épineux sujet . Il est bien évident qu’une grande surface alimentaire de plus sera une grande surface alimentaire de trop et nous n’avons du reste pas besoin d’études de tous genres pour en asseoir la certitude. A aucun moment je ne cite ou ne pense que Tournugeois vivant « tue les poules ». Je visionne simplement les réseaux sociaux ou certaines personnes physiques se chargent cependant fort bien de le faire. Au risque de me répéter, je pense effectivement que c’est délétère pour l’image du centre ville , néanmoins en l’état actuel des choses. Mais cela se faisait cependant déjà fort bien avant que l’on ne parle ouvertement du projet qui nous préoccupe aujourd’hui et ce n’était pas la même équipe municipale qui demeurait en place. De nouveaux commerces ont ouverts ou ouvriront encore prochainement. D’autres sont en phase d’être repris. Ces repreneurs le font en parfaite conscience et peut-être devrai-je dire confiance aussi. L ‘heure doit être donc à l’encouragement de ces nouveaux commerçants même si un risque manifeste plane sur le centre ville. La crainte n’est pas la meilleure des défenses. Concernant l’épineuse question des emplois qui présente des controverses certaines, mon argumentaire reflétait simplement l’espoir de celles et ceux qui espèrent..même si…sans vouloir aller plus loin dans mon résonnement. Quelles sont les véritables attentes de la population ? des consommateurs ? Je crains fortement qu’il y puisse y avoir un « contre courant » car pour le consommateur, le plus l’offre de choix se diversifie le meilleur c’est …Enfin je n’ ai pas voulu vous agresser et l interprétation de mon premier argumentaire a peut être été perçu comme cela. Il n’en était rien, néanmoins de mon coté. bonne journée à vous, bien cordialement

        Répondre
    3. Tournugeois Vivant

      @Laurent Comte
      Je vous cite « Une seule certitude, rien n’est plus délétère pour l’avenir de nos commerçants Tournusiens !! Surtout vis-à-vis de celles et ceux qui par hasard ont ou avaient envie de s’y installer ou de s’y agrandir, que de rebondir sans cesse sur cette mort annoncée des commerces de proximité. »

      Vous êtes en train de dire que c’est Tournugeois Vivant, qui crie au loup, qui mange les poules ?
      La solution, pour vous, est donc d’accepter que ce projet se réalise, bouche bée ?

      Chiche ?

      Répondre
    4. Tournugeois Vivant

      @Laurent Comte
      Je vous cite :  » Les boutiques de l’hypothétique galerie marchande »

      « hypothétique ».

      Avez-vous des informations que nous n’avons pas ?

      A vous lire, vous pensez que ces zones commerciales périurbaines ne causent aucun tort aux commerces de proximité, quasiment même elles pourraient être bénéfiques. Souhaitez-vous que nous vous envoyions un peu de littérature ? Êtes-vous le seul à être passé à côté du rapport de l’IGF sur la question (début novembre) ?

      Vos certitudes, à l’encontre de toutes les études prospectives existantes qui concluent la même chose, font froid dans le dos …
      Il faut espérer que la Présidente de l’Association des commerces du Tournugeois n’ait pas les mêmes …

      Répondre
    5. Tournugeois Vivant

      @Laurent Comte
      Je vous cite « Peut –être faudrait-il aussi « interroger » la municipalité sur les éventuels courriers reçus concernant ces hypothétiques embauches pour en mesurer l’impact ? »

      C’est fait. Depuis bientôt 5 mois. Depuis même décembre 2014 pour certains commerçants.

      Aucune considération de nos demandes n’a été prise en compte. Ignorance totale. Vous n’étiez pas au courant ?

      Répondre
    6. Touchepasaugrizzbisal...

      Mais quel discours déplorable … voici maintenant les chômeurs qui viennent à la rescousse de Leclerc ou de ses affidés … on croit rêver …
      Cherche un « job » : l’emploi des parenthèses est ici bien justifié car ce n’est même pas d’un travail dont il est question mais d’un « job », vous savez cette occupation précaire où vous vous éreintez pour « gagner » une misère (et si j’étais de gauche je dirais : pour mieux engraisser la grande distribution).
      Tout, absolument tout dans ce dossier montre au « mieux » une inconscience totale des promoteurs de ce projet au pire quelque chose qui échappe au citoyen honnête.
      Votre condescendance teintée d’une sorte de mépris à l’égard de la population sous qualifiée « sur le local » est pitoyable. C’est même honteux. Reconnaître cet état et ne proposer que des « jobs » à trois balles comme remède. J’espère que vous n’êtes pas un élu de cette ville …
      Cela étant, j’ai le sentiment que vous n’êtes pas concerné personnellement, ni même votre famille proche… juste des gens que vous connaissez … ben voyons.
      « Cette population qui espère » : tout est dit … encouragez les donc aussi à aller à l’église le dimanche matin mais quand le Leclerc est fermé, bien entendu …

      Répondre
  2. Laurent COMTE

    Il est parfaitement clair qu’un investisseur sans surface commerciale nouvelle serait la meilleure des choses, à moins d’être véritablement suicidaire pour penser le contraire. Cependant ne rêvons pas non plus, une entreprise avec x dizaines voire centaines d’emploi à la clé relève aujourd’hui de l’utopie, aussi bien sur le bassin local qu’ailleurs, au sein de zones industrielles et démographiques bien plus fournies encore. Les petits ruisseaux font les grandes rivières et je partage cher Monsieur, entièrement votre avis sur le fait qu’il faudrait faire encore bien d’avantage pour attirer des plus petites entreprises… Depuis des lustres on entend dire et par tous nos élus de tous bords, « qu’à Tournus on a tout pour réussir » Voies routières, autoroutières ,ferroviaires et fluviales, positionnement géographique etc..et rien ne semble décoller pour autant..certes, la critique est aisée et facile, surtout pour celui qui la formule et j’en suis bien conscient..ainsi je ne jette la pierre à personne . En sommes, ce qui manque surtout « chez nous « dans notre ville, sur ce projet tel qu’imposé en l’état, c’est un grand débat public de concertation ! personne ne dira le contraire .. Une condescendance de bon aloi aurait à l’évidence pu permettre de pouvoir débattre sereinement en réunissant et unissant aussi peut-être toutes les couches de population, de tous secteurs et activités confondus car au final, et j’en suis bien d’accord, c ‘est bien l’avenir économique de notre cité et de ses environs qui pourrait être prochainement impacté.. bien cordialement

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *