La lettre de la majorité aux citoyens de Tournus

Trouvé dans le JSL, la lettre de l’équipe de Claude Roche qui explique pourquoi ils ont demandé Claude Roche de démissionner. Dans cette lettre, ils n’épargnent pas Claude Roche. On regarde ça ensemble?


J
‘avoue, n’étant qu’immigré, j’ai du chercher le mot ‘lubies’ dans le dictionnaire. J’ai alors appris que cela signifie ‘Fantaisie soudaine, caprice extravagant’. Deux choses que  je ne comprends toujours pas exactement : ils ont défendu ‘leur’ budget. Est-ce que le budget défendu n’avait pas l’approbation de Claude Roche? Le maire n’était-il pas au courant des particuliers du budget défendu? Et deuxièmement, qu’est-ce que ça veut dire ‘loin des lubies du maire’? Le maire était là, assis à la même table. Il y avait-il des parties du budget défendu qui l’ont surpris? Peut-être quelqu’un peut m’expliquer ce qui s’est passé exactement.

Ici, le mot ‘donc’ dans le titre ne me semble pas à sa place. Le paragraphe dessus ne parle pas d’une rupture. Que donc? Essayons de traduire les raisons pour la rupture avec le maire :
• methode de travail inexistant – il fait n’importe quoi;
• absences problématiques – trop souvent, il n’est pas là;
• changements de cap perpétuels – il ne sait pas ce qu’il veut;
• des promesses hasardeuses – il ment;
• effets d’annonces désastreux – il fait hérisser les gens;
• exercise solitaire du pouvoir – il n’écoute personne;
• entrainant des disfonctionnements majeurs – il fout la merde;
• dans le traitement des dossiers par nous – on en a marre.

Oui! Débloquons les dossiers, en effet, et mettons dehors un maire qui n’écoute personne et ignore les avertissements droit et gauche.


Alors là, c’est du lourd. Déjà dessus, deux fois ils ont appelé Claude Roche (qu’ils tutoient sans doute) ‘Monsieur Claude ROCHE’, une terme qui dégouline de dédain. Mais maintenant ils parlent de la situation d’un abcès à crever. On voit le pus qui coule…

En plus, je vois ma réponse. Ils ont vôté ‘un budget amendé’, alors ‘leur’ budget. Sans que le maire s’en aperçoive, car pendant la réunion il ne semblait rien remarquer jusqu’au moment que Colette Beltjens à sortie le poignard… ils ont demandé le maire de partir, pour pouvoir finalement faire ce qu’ils ont promis aux électeurs: mettre en œuvre le programme sur lequel ils ont été élus. Et cela – bonne surprise – en concertation avec tous les parties concernés, Vivement le débat!

Alors un modus de décorum revient. Oublions l’abcès, on est là Pour Tournus, Avec Vous. Reprenons l’évolution de notre ville avec des projets adaptés à l’échelle de notre territoire. Alors pas de Centre Commercial plus galerie marchande de 20.000m2. Pas de salle multiculturelle pour des milliers de spectateurs. Arrêtons de détruire des lieux de culture avant d’en avoir créé d’autres (La Palette). Et surtout discutons ensemble pour motiver tous les acteurs et pour que chacun fasse de son mieux pour revitaliser notre belle ville. On peut le faire, mais il faut l’énergie positive de tout le monde. Vive Tournus. Vive la démocratie. Vive le tournugeois vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *