Et le carnage continue…

La vie d’un immigré n’est pas toujours facile. Je croyais venir vivre dans une petite ville paisible, mais Tournus est tout sauf ça. Les responsables de la majorité dans la municipalité se comportent comme les chats et chiens proverbiaux. Ils dansent – tout dents et griffes – un tango tueur dans un bal sanglant.

Il y a un mois, la majorité de ‘Pour Tournus Avec Vous’, partie gagnante du maire Claude Roche pendant les élections municipales de 2014, ont essayé de déposer leur chef en lui demandant de démissionner. Il a simplement refusé de prendre la poudre d’escampette, alors maintenant les saboteurs de le majorité attendent le prochain conseil municipal pour pouvoir lui enlever ses délégations et une partie de ses indemnités.

Mais Claude Roche ne se laisse pas emmener en abattoir sans se défendre. En revanche, il vient de supprimer la délégation de la sécurité de l’adjoint Christian-Jean Bernard. Pourquoi? Parce que Bernard a critiqué la façon de faire du maire, qui a mis la main dans la sélection d’une société pour ‘assistant à maîtrise d’ouvrage pour l’installation d’un système de vidéosurveillance dans le centre-ville. Alors le maire lui a convoqué dans son bureau et lui ait dit: « Compte tenu que tu es un fouille-merde, je te supprime ta délégation ».

Christian Bernard attend maintenant une confirmation écrite et prévoit saisir le tribunal administratif. Il paraît qu’en France, être un ‘fouille-merde’ n’est pas assez pour pouvoir mettre quelqu’un à la porte. (Trump vs Comey, quelqu’un?)

D’ailleurs, les membres de la majorité qui se sont opposés à leur ancien chef ont dit à peu près la même chose quand ils lui ont demandé de démissionner. Bien qu’eux… ils ont trouvé des formulations moins fouilleur-merdique.

 

Une réflexion au sujet de « Et le carnage continue… »

  1. Salton Myriam

    La politique un panier de crabe dans un village cela ne devrait pas exister en principe c’est por le bien être et ses beautés hélas cela tourne tj au profit de certains c’est pourquoi le monde va si mal tant que l’on continue dans cette absurdité on touchera le fond

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *