No pain, no gain…

L’annonce de l’arrivé d’un nouveau boulanger d’une grande chaine nationale sème un léger panique à Tournus. C’est vrai que les boulangers sont des véritables générateurs d’affluence commerciale quotidienne : presque tout le monde se déplace dans le centre chaque jour pour acheter du pain. Et des gens dans le centre, ce sont des chances pour les autres commerces.

La disparition d’un boulanger met en danger la vitalité du centre.

Quant au nouveau boulanger, qui veut s’installer dans l’ancien garage Peugeot au feux sur la Route Nationale, l’ancien équipe municipale aurait du faire jouer leur droit de préemption pour acheter le bâtiment concerné, qui d’ailleurs était toujours destiné à être utilisé pour agrandir la cantine de l’école. Je ne sais pas pourquoi ils n’ont pas tenu leur promesse, mais bon, avec l’ancien équipe on a toujours eu le sentiment de se faire rouler dans la farine, alors ça ne change rien.

En tous cas, c’est trop tard, le bâtiment est vendu et le nouveau boulanger Marie Blanchard va s’y installer.

Que faire?

Hormis les grandes services utilitaires qui risquent d’être monopolisés, je crois en une marché libre. S’il y a quelqu’un qui vient te faire de la concurrence tu peux faire une seule chose: tu dois être mieux. Alors, comment peuvent les boulangers du centre-ville être mieux?

Marie Blanchard à quelques atouts

  • Position au bord d’une route très fréquenté avec du parking devant
  • Achat groupé d’ingrédients
  • Grande force publicitaire
  • Assortiment large avec des sandwiches fraiches

Et les points en moins?

  • Pas de vrai boulanger / artisan sur place
  • Image industrielle
  • Situation excentré (pour les habitants du centre)

Cette petite analyse à la louche montre quel sont les différences entre nos boulangers et le nouveau-venu. Sans doute on peut en trouver d’autres avec une analyse plus approfondie.

Quels sont les pistes à suivre pour les boulangers existants?

Photo credit: ChrisGoldNY on VisualHunt / CC BY-NC

Il y a une multitude d’options. De nouveau je ne vais pas creuser trop profond, mais juste faire quelques premières propositions / idées.

  • Faire l’achat groupé de certains ingrédients
  • Faire de la publicité / des promotions (3+1 gratuit, café offert)
  • Inventer un pain spécifique et patenté (Le Tournusiègle’ ou ‘Le Grain Philibert’) que la concurrence n’aurai pas le droit de faire
  • Créer un système de livraison de pain à domicile ou au bureau
  • Innover l’assortiment (sandwich, croque monsieur)

La publicité (groupé?)

Avec les possibilités de Facebook il est très facile et pas très cher de faire de la pub. Il est important de fédérer les gens autour d’une idée, une marque. Par exemple en créant une compétition parmi les habitants pour innover une recette de pain au gout de leurs clientèle. Ou en organisant des nuits ‘boulangerie ouverte’ pour montrer comment un vrai artisan fait du vrai pain.

Tout commence avec la concertation

Les commerçants qui sont dans la même filière ont tendance de se voir que comme des concurrents. Mais face à une nouvelle menace, il est temps de former un collectif et se grouper pour plus de force de frappe. Ça fait peut être un peu mal au début, mais comme disent les anglais: « No pain, no gain » (sans douleur pas de progrès).

Photo on Visualhunt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *