Claude Roche a-t-il profité de sa position de maire?

Claude Roche premier jour en opposition

Claude Roche le jour de son entrée dans l’opposition, une des dernières fois qu’on l’a vu au conseil municipal.

Le JSL vient de publier un article choc écrit par Damien Valette, titré « Pourquoi la Semcoda a-t-elle acheté au prix fort un immeuble appartenant à l’ancien maire de Tournus ? » (édition abonnés), plus une réaction par le maire actuel, Bertrand Veau, qui se dit « pas du tout surpris« .

L’article parle de l’achat par la Semcoda d’un immeuble au 42, 44 et 46 Rue Désiré Mativet, appartenant à l’SCI Sud Bourgogne de Claude Roche, l’ancien maire de Tournus. La Semcoda a payé 300.000 € pour ce bâtiment, sans tenir compte d’une estimation de valeur officielle de 260 000 €. Pour mémoire, la Semcoda est aussi l’organisation à qui la ville de Tournus sous Claude Roche a vendu les terrains du ‘Madeleine Palace’ et les anciens bâtiments des  services techniques, et qui est actuellement en train de construire une résidence séniors à cet endroit. Ce qui met dans une lumière sinistre la plus-value payée pour le bâtiment de l’ancien maire. Ça laisse penser qu’il pourrait s’agir d’un quid pro quo.

Que valait ce bâtiment?
Je ne suis pas expert en immobilier, mais je sais que les prix des maisons à Tournus ne sont pas très élevés. Une habitation à rénover se paye environ 400/500€ par m2 de surface habitable. Ce bâtiment compte 8 appartements avec une surface habitable totale d’environ 410m2.  Les Domaines ont dû compter 635€ par m2 pour arriver à une estimation de 260.000. Ça me semble déjà largement surévalué. En plus, la SCI de Claude Roche qui était propriétaire de cet immeuble avait des problèmes en justice avec quelques voisins. Comme dit le JSL:« La vente à la Semcoda constituait donc une aubaine pour la SCI : l’occasion de se débarrasser d’un immeuble qui ne lui rapportait plus rien, sauf des ennuis. » Et pour un super prix, en plus, car finalement la SCI à reçu environ 730€ par m2.

Le bénéfice non-taxé
La SCI de Roche avait acheté ce bâtiment en 2004 chez le notaire maître Bertucat à Tournus pour 244.000€. Dans le temps il y avait encore des appartements loués dedans. En 2017, un seul appartement était encore loué, et les autres avaient même été squattés, ce qui normalement n’augmente pas la valeur. Malgré cette dévaluation et une estimation officielle des Domaines de 260.000€, la Semcoda a décidé de payer 300.000€ pour le bâtiment. Pour Claude Roche un bénéfice de 56.000€. En plus il s’agit d’une plus-value non-imposable, parce qu’il a vendu à un ‘organisme en charge du logement social’. D’ailleurs, la vente du bâtiment s’est faite aux bureaux du notaire Bazaille, à Givors (69700), au Sud de Lyon.

Sans commentaire…
Ni la Semcoda ni Claude Roche ont voulu réagir aux questions du journaliste. Alors je me demande… si vraiment il s’agit ici d’une affaire qui frôle les limites de la loi (en plus d’être en flagrant délit moral pour un élu de profiter financièrement d’une transaction immobilière avec un prestataire de la ville), qui va poursuivre Claude Roche et la Semcoda en justice? Ou suivra-t-on cette habitude typiquement Française d’accepter une gouffre entre la loi et l’application de la loi?

Qu’est-ce que vous en pensez? Laissez vos commentaires ci-dessous.

 

 

 

8 réflexions au sujet de « Claude Roche a-t-il profité de sa position de maire? »

  1. Monnot

    L’article de Damien Valette, très bien documenté, apporte des informations essentielles. Il est dommage qu’il soit réservé aux seuls abonnés, car il n’a été lu que 340 fois, alors que la partie accessible à tous a été vue près de 9000 fois…

    Répondre
  2. Valette

    C’est peut-être dommage, mais il n’est pas anormal que des informations parues dans un journal – et dans son extension que constitue le site internet – soient réservées à ses lecteurs, qu’ils soient abonnés ou acheteurs en kiosque. L’investigation prend du temps, ce qui nécessite des moyens … et donc des lecteurs payants.

    Répondre
    1. kr3k Auteur de l’article

      C’est pour cela que je n’ai pas copié l’article mais l’ai cité avec des liens, en ajoutant quelques détails sur la vente. J’avais cette information depuis un bon moment mais je n’ai pas osé écrire un article sur ce sujet. On se fait facilement trainer devant la justice si on est un blogueur ‘particulier’ sans affiliation avec un vrai support de presse (et son conseil juridique). Alors je suis très admiratif de votre travail et le fait qu’il y a toujours des media qui osent demander des comptes aux autorités – soit-il seulement au niveau régional – est un grand soulagement.

      Répondre
      1. Valette

        Une courte citation et un lien vers l’article, c’est effectivement ce qu’il convient de faire.

        Répondre
        1. kr3k Auteur de l’article

          Bon, j’ai fait un peu plus qu’une courte citation, mais au moins je n’ai pas mis le pdf.

          Répondre
    2. Monnot

      Je comprends bien, et je suis moi-même abonnée.
      Mais ne pourrait-on pas envisager de rendre l’article accessible à tous au bout de quelques jours ?

      Répondre
  3. Oups CAT

    Sans lien avec Tournus, et son ex-maire, mais professionnel de l’immobilier et habitué des estimations des Domaines, je consulte cet article et les autres par curiosité.
    Bref, on a l’habitude de lire que des expropriations d’honnêtes citoyens ont été faites avec une indemnisation à la hauteur de celle des Domaines, et là, patatras, c’est tout l’inverse : achetée à 710€/m² au lieu des 635€/m² conseillés par les Domaines…
    Et puis, on creuse, on regarde les infos publiques : https://www.meilleursagents.com/prix-immobilier/tournus-71700/
    Et on se rend compte que le prix moyen des maisons à Tournus « s’effondre » depuis quelques années (fatalité des statistiques d’une petite ville condamnée) : avec un Prix m2 moyen de transactions autour de 1.172 €/m² et une fourchette allant de 663 € à 1 592 €, étant entendu que le prix bas est en général considéré pour une ruine à raser sans valeur locative.
    re-Bref, encore une tempête dans un verre d’eau.
    Dommage de perdre autant de temps là-dessus.

    Répondre
    1. kr3k Auteur de l’article

      Merci, Oups CAT, pour votre commentaire.

      Par contre, je ne crois pas que vous avez assez de connaissance de notre marché immo pour juger.

      Vous vous fiez aux statistiques, tandis que nous vivons la réalité des prix.

      Personnellement je viens de faire un offre (accepté) de 65.000€ pour un immeuble dans le même quartier, avec au RDC un magasin vide et dessus trois appartements (à rénover mais en état acceptable) avec un total de 200m2 de surface (325€/m2). Dans la rue où j’habite, un bâtiment à rénover entièrement (y inclus le toit) avec une surface habitable de 150m2 a été vendu pour 15.000€ (100€/m2). Et juste derrière le bâtiment vendu par Claude roche il y a une maison XVIe avec 117m2 habitables à vendre pour 50.000 euros (385€/m2). En face de chez moi, un restaurant avec 6 appartements à rénover pour un total de plus de 400m2 s’est vendu pour 80.000€. 200€ par m2.

      Alors on ne peut pas dire que 663€/m2 est le prix pour ‘une ruine à raser’. En effet, en ce moment une maison voisine dont le toit avait effondré a été vendue pour 40.000€. Mais avec une surface habitable possible de bien plus de 250m2 ! Alors une ruine vaut environs €150/m2. Certainement pas 663€.

      Personnellement je crois que le bâtiment de Claude Roche était un peu un ‘éléphant blanc’ avec beaucoup trop de surface, mal agencé et ayant besoin de beaucoup trop d’investissements pour le rendre habitable. Je ne suis pas spécialiste de l’immobilier, mais dans mon humble opinion, les 710€/m2 étaient beaucoup trop élevés.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *