Archives de catégorie : Durabilité

Vivement un marché bieau!

Est-ce qu’il y a de la place pour un marché bieau à Tournus. Je crois bien. Regardez la queue pour les légumes bieau au marché ce samedi. Le pauvre mec n’a même pas le temps de fumer sa cleaupe (d’ailleurs ça m’intrigue comment les mordus contre les insecticides et pesticides n’ont visiblement pas de problème avec les humanicides, mais c’est une autre histoire). Il doit faire pas mal d’eauseille avec ces radis. Et pendant ce temps les autres vendeurs de légumes s’ennuyaient. Alors, pour le mercredi-soir, Place Carneau peut-être?

Pffff!

On ne comprend pas, mais on comprend pourquoi

À l’école, tous les enfants s’en prennent à une fille qui est systématiquement harcelée. La plus grande partie des harceleurs ne savent pas pourquoi ils le font. Ils n’ont rien contre la victime, mais ils font comme leurs camarades, par peur d’être pris comme cible à leur tour. On s’étonne que personne ne proteste. Mais on comprend pourquoi.

À la campagne, de nombreux agriculteurs utilisent beaucoup de produits chimiques pour tuer les mauvaises herbes et les insectes qui rongent leurs produits. Ils ont assez d’informations pour  savoir qu’à long terme, ce n’est pas bien pour leurs terres, qui s’appauvrissent et auront besoin de plus en plus d’engrais artificiels pour donner le même rendement. Mais ils ont été endoctrinés pendant des décennies par les entreprises agrochimiques, qui les ont convaincus que l’agriculture sans les produits, c’est vraiment démodé et qu’ils ne pourront jamais concurrencer ceux qui en utilisent. Ils peuvent cependant lire partout que leur façon de faire les amène droit dans le mur. On ne comprend pas Continuer la lecture

Côté Vrac & Bio fait son inauguration

En Novembre 2016, j’avais le plaisir d’annoncer l’ouverture de ‘Côté Vrac & Bio‘. Six mois après, il semble que ce magasin a bien trouvé sa place dans l’offre commerciale de Tournus. Il y a de plus en plus de Tournusiens qui sont séuits par les produits Bio et de proximité, vendu sans ‘packaging’ inutile. Ça marche! Une bonne raison pour faire une ‘inauguration’. C’était ce soir, le 17 juin 2016. Un événement sympathique, où plein de commerçant(e)s sont venu(e)s pour fêter la réussite d’un des leurs. Notons spécialementla présence de Mireille Joly, présidente de l’association des commerçants, et le jeune caviste de La Cave de Saint Valérien qui vient aussi d’ouvrir ces portes au lieu de ‘Whisky & Co’. Je ne connaissais pas tout le monde, mais j’ai vu des voisins, des amis et même des Syriens, alors on s’est bien amusé. Je laisse la parole aux photos : Continuer la lecture

PROTAGER, avec Martine Manuel et Cécile Untermaier

Aujourd’hui, on s’est mis les chaussures d’expédition pour aller faire une ballade parmi les Potagers à Protéger ou, comme je dis économiquement, ‘Les Protagers’, association dont je connais les membres Martine Manuel (voisine) et Thierry Brunner (Tournugeois Vivant). Je ne vais pas tout expliquer sur cette association ici, parce que le site d’actualités Info-Chalon a tout écrit dans un excellent article. Et moi aussi j’en ai déjà écrit, à l’occasion des ‘Puces des Cuisinières‘, aussi organisées par Les Protagers. Regardons plutôt les photos…
Potagers à protéger a Tournus, fleurs de lisEntrée des protagers, avec les deux stands de l’association. Continuer la lecture

Heizomat, entreprise de chauffage par énergie renouvelable s’installe à Tournus

 Aujourd’hui, en attendant ma voiture au contrôle technique j’ai décidé de promener le chien et je suis monté direction autoroute. Là, j’ai été surpris de voir un bâtiment tout neuf d’une boîte qui s’appelle ‘Heizomat’. Ça vient de ‘heizen’ (chauffer) et ‘automatique’. Il y a une grande vitrine rempli de machines alors j’ai vite compris qu’il s’agit de chaudières à biomasse: pellets, bois déchiqueté, et (briquettes) de sciure. Des chaudières alimenté par une machine et une hélice qui évite de devoir charger le bois à la main. Alors… ‘Heizomat’, c’est logique.

Il y a une voiture devant la porte, immatriculée allemande, mais comme je n’ai pas peur des allemands je décide de rentrer pour informer. Continuer la lecture

Toc, toc. Qui est là? AMAP! AMAP QUI? AMAPeliever

amap

Des ‘consommacteurs’, c’est LE nouveau buzz. Avec comme exemple exemplaire les briques de lait participatifs de ‘C’est qui le patron?‘ Depuis un bon moment, à Tournus, comme à beaucoup d’autres villes, il existe un truc pareil. Beaucoup plus discret car leur communication semble se concentrer dans un circuit assez fermé de types de chaussettes de laine de chèvre. Malgré le fait qu’ils soient là depuis 2006, je viens de les découvrir. Ils sont un peu sauvage et est dommage, car l’idée est fort bien. Citation :  Continuer la lecture

Quel est la taille du parc commercial prévu au ‘Pôle Nord’?

Le Pôle Nord, il parait que ça fait froid au dos à des commerçants, des citoyens et même des élus locaux dans le Tournugeois. Ils et elles sont frileux/ses en apprenant la taille soi-disant démesurée de ce projet. On en parle, on fait des spéculations. Mais… quelle est la taille exactement? Ça fait combien, 12 à 17 hectares?

Pour donner plus de clarté, j’ai pris le dessin du projet de la municipalité et je l’ai projeté sur une carte de Tournus. Voici le plan du projet présenté par l’équipe de Claude Roche :pole-nord-total image

Quand on le dessine sur une photo aérienne, ça sort comme ça :taille-pole-nord-de-pres
Continuer la lecture

Il faut oser rêver pour un futur meilleur de Tournus

Communiqué de presse – le 01 septembre 2019

Tournus ouvre le parc d’horticulture durable
«  Les jardins de l’Abbaye  »

fleurs

Une coopération originale entre la municipalité et le collège horticole
À la sortie 27 de l’autoroute A6, la ville de Tournus vient d’ouvrir un grand parc avec une exposition permanente de techniques novatrices pour l’horticulture. Une idée du maire Claude Roche qui a voulu offrir à Tournus une attraction liée a la tradition d’innovation horticultrice des moines de sa célèbre abbaye Saint-Philibert, récemment ajouté à la liste de patrimoine mondial de l’UNESCO.
Le parc «  Les jardins de l’Abbaye  » offre une exposition d’ambition nationale qui est sûre d’inciter beaucoup de visiteurs à sortir de l’autoroute ici pour voir quelles sont les possibilités modernes pour cultiver des plantes, légumes et fruits de façon durable. Continuer la lecture

Si t’aimes ta ville, écrase !

Ah non. Ce ne sera pas une diatribe vitriolée contre telle ou telle personnalité politique locale. Ce titre est à prendre au sens le plus propre possible, et remarquez comment, habilement, je place un second jeu de mots. Car il s’agira d’écraser des choses en ville pour rendre la ville plus propre.

Il y a une chose que je remarque souvent lors de mes balades citadines : c’est la façon, assez sérieuse, dont les résidents du centre trient leurs déchets. Une bonne mention « pas mal » pour Tournus — ou du moins « pas pire qu’ailleurs ». Il y aura toujours les mal informés, qui n’ont jamais eu la curiosité d’ouvrir les plaquettes explicatives ; les fatigués, qui estiment que bon, allez, une bouteille en verre ou deux dans ce sac de métaux et cartons, ça ne va tuer personne ; et puis, espèce heureusement plus rare, le « j’m’en-fous/j’ai-pas-l’temps » qui balance tout dans la poubelle à déchets ménagers pour éviter une sortie de sacs en plus. Continuer la lecture

Vacance immobilière : des solutions pour Tournus ?

Tournus c'est beau, mais des fois c'est un peu tristounet, non ?

Tournus c’est beau, mais des fois c’est un peu tristounet, non ?

Le sujet de la vacance immobilière est vaste mais on peut, pour aller à l’essentiel, le décrire en ces quelques mots : d’un côté, des espaces vides ; de l’autre, des demandeurs non-conventionnels ; au milieu coule une rivière et bien peu nombreux sont ceux qui osent la franchir. Tournus osera-t-elle ?

C’est une idée qui revient depuis pas mal d’années déjà. La ville est riche d’un beau patrimoine, et pauvre en demandes d’occupation « classiques », à savoir pour des magasins, entrepôts, locaux commerciaux et industriels divers. Si l’on en arrive à fêter une ouverture de business comme un événement local, à en faire l’article ici-même, à la mairie et jusque dans le JSL, c’est bien à cause de la rareté de la chose — rareté qui pose problème. Continuer la lecture

Tournus : une nouvelle disparition programmée ?

En ce matin du 18 mai 2016, je me promenais aux abords du Pas Fleury, où est sis le CADT, acronyme pour Centre d’Animation de Tournus. Un accueillant petit bâtiment en bois, à l’accès joliment arboré de petits buissons. On y travaille actuellement à installer des toilettes extérieures pour le boulodrome voisin. Le bâtiment, pour sa part, accueille entre autres le Cercle de l’Amitié, qui propose diverses animations aux personnes âgées. Continuer la lecture

Des poubelles et des chiens

Tournus compte peu de parcs à chiens. En fait, à ma connaissance, un seul. Coup de chance pour moi qui ai trois représentants de la race canine, il est au pied de mon immeuble. Mais depuis l’époque (relativement récente) de mon arrivée à Tournus, si les choses ont un peu changé côté parc à chiens, on ne peut pas dire que ç’a été fait avec à l’esprit les propriétaires de chiens ni, bien sûr, les canidés eux-mêmes.

Rue_Eugène_Poubelle_plaque

Plaque de la rue Eugène Poubelle, XVIe arr. de Paris – licence CC-BY-SA 3.0, auteur « TCY ». (Creative Commons)

Il y a deux été de cela, le parc a été démantelé pour déplacer son entrée du sud à l’est. Le but de la manœuvre était de permettre la construction d’un muret en pierre sèche là où, auparavant, on devait escalader une espèce de vague trottoir dangereusement glissant. Idée fort louable, au demeurant.*

Sauf que, avant que la société en charge de la construction du muret ne se mette au boulot, le parc était fermé par un portillon. Chose fort utile : pas besoin de se soucier de la possibilité, pour un chien, de filer à l’anglaise vers un piéton ou un autre chien. Chien dedans, portillon fermé et hop, propriétaire tranquille Continuer la lecture

Amiante, mon amour

Que faire avec amiante

Que faire avec une petite quantité d’amiante?

L’amiante n’est pas notre ami. Les fibres de l’amiante peuvent provoquer un cancer ravageur. Le temps d’incubation est de 20 jusqu’à 40 ans, alors on ne se rend pas tout suite compte, mais qui la choppe, meurt d’asbestose.

Alors si on trouve de l’amiante, on essaye de s’en débarrasser. Pas en le jetant dans la nature, mais en passant par les organismes dédiés: pour nous, Tournusiens, c’est la déchetterie. Continuer la lecture