Archives de catégorie : L’œil de Julien

Nouveau à Tournus : découvrez la Galerie des Anges

La Galerie des Anges est un commerce tout récemment implanté à Tournus, dans la petite rue Thibaudet qui court entre les tours de ce qui fut l’enceinte fortifiée de l’abbaye. Ouverte en décembre 2015 par Fabienne, qui tient boutique avec son compagnon Jérôme, la Galerie propose un choix très variés d’objets d’art, de décoration, de spiritualité et de bien-être, thème central du magasin.

Devanture de la Galerie des Anges

Devanture de la Galerie des Anges

Fabienne vit dans les parages, entre Saône et Jura, depuis longtemps déjà mais s’est, pour ainsi dire, graduellement rapprochée de Tournus puisqu’elle vit depuis trois ans à Lacrost, la ville jumelle du côté Est de la Saône. C’est dans le cadre de son métier dans l’immobilier, qu’elle Continuer la lecture

Un peu comme un conte de Noël

Juste à côté d’une célèbre maison à colombages comme Tournus en compte si peu que ce doit être la seule, il est un bar où j’ai mes habitudes caféinées. Si je vous en parle aujourd’hui, c’est suite à une belle initiative qui commence à dater mais dont l’instigateur ne voulait pas parler « avant », pour qu’on ne pense pas que son petit coup de pouce était seulement un gros coup de pub.

Cette excellente idée sur laquelle je voulais écrire à l’époque — il est grand temps de le faire maintenant pour saluer le geste — est une démonstration de simple humanité et de générosité Continuer la lecture

Des poubelles et des chiens

Tournus compte peu de parcs à chiens. En fait, à ma connaissance, un seul. Coup de chance pour moi qui ai trois représentants de la race canine, il est au pied de mon immeuble. Mais depuis l’époque (relativement récente) de mon arrivée à Tournus, si les choses ont un peu changé côté parc à chiens, on ne peut pas dire que ç’a été fait avec à l’esprit les propriétaires de chiens ni, bien sûr, les canidés eux-mêmes.

Rue_Eugène_Poubelle_plaque

Plaque de la rue Eugène Poubelle, XVIe arr. de Paris – licence CC-BY-SA 3.0, auteur « TCY ». (Creative Commons)

Il y a deux été de cela, le parc a été démantelé pour déplacer son entrée du sud à l’est. Le but de la manœuvre était de permettre la construction d’un muret en pierre sèche là où, auparavant, on devait escalader une espèce de vague trottoir dangereusement glissant. Idée fort louable, au demeurant.*

Sauf que, avant que la société en charge de la construction du muret ne se mette au boulot, le parc était fermé par un portillon. Chose fort utile : pas besoin de se soucier de la possibilité, pour un chien, de filer à l’anglaise vers un piéton ou un autre chien. Chien dedans, portillon fermé et hop, propriétaire tranquille Continuer la lecture

Complotez, il en restera toujours quelque chose

25 novembre 1963 : on s'apprête à plier le drapeau sur le cercueil de JFK. Photo (domaine public) Kennedy Presidential Library and Museum, Boston.

25 novembre 1963 : on s’apprête à plier le drapeau sur le cercueil de JFK. Photo (domaine public) Kennedy Presidential Library and Museum, Boston.

Ah, la théorie du complot. Ou plutôt, les théories. Chaque jour qui passe en amène une nouvelle, surtout depuis un certain 11-Septembre qui a cristallisé toutes nos peurs et finirait par nous faire prendre des lanternes pour des vessies.

Alors comment trier tout ce joyeux bazar qui nous passe tous les jours sous le nez via, surtout, internet en général et par les réseaux sociaux en particulier ? Où est la part de vérité dans ces centaines d’histoires de faux alunissage, de Zone 51, d’inside job* pour les tours jumelles, de Francs-Maçons maîtres du monde, Illuminati, Continuer la lecture

Où sont passés les mécènes ?

billard-de-fortune

 julien-roturierPar Julien Roturier
En visitant un centre de soins paumé dans le Jura profond, il devient vite évident que, comme dans tous les hôpitaux du monde, l’activité préférée des patients consiste en une lente et inéluctable destruction de leurs cellules pulmonaires à grands coups de clopes de toutes natures. Car force est de l’admettre : en centre de soins, on s’emmerde fort. Surtout quand le célèbre microclimat hivernal jurassien s’en mêle et que l’ensoleillement se résume à deux heures quotidiennes.

Fort heureusement, le personnel soignant a tout prévu : au milieu de la cafétéria, véritable centre névralgique où se croisent tous ces récits de vie à faire pleurer le plus endurci des Continuer la lecture

De la Justice et de ses injustices

Balance-justiceJ’entends — ou plutôt, je vois passer — de plus en plus de râleries et autres pestages (je n’ai jamais eu peur des néologismes) concernant les conséquences d’affaires judiciaires sur les réseaux sociaux. Ces messages indignés sont-ils toujours justifiés et, la réponse fut-elle oui ou non, de quoi sont-ils symptomatiques ?

Contexte : un internaute tombe sur une affaire jugée, généralement aux Assises. Estimant que la Justice n’a pas fait, ou mal fait son travail, et cherchant un moyen rapide de faire partager son indignation, il la compare avec une autre affaire, jugée par le même genre d’institution, mais dont le jugement lui paraît incroyablement clément.

Exemple : Le Colonel Moutarde a pris seulement quatre ans pour avoir frappé Mlle Rose à coups de clé à molette dans la bibliothèque, tandis que le pauvre SDF qui faisait innocemment les poubelles du plateau de Cluedo pendant ce temps a pris cinq ans ferme pour telle ou telle raison. C’est donc ça la Justice en France ?? Continuer la lecture

Un McLeod à Tournus

Eh non, ce n’est pas une blague : si le McLeod que j’ai croisé l’autre jour n’est sans doute pas un immortel – enfin, notez que je ne lui ai pas demandé -, il n’en partage pas moins le célèbre patronyme et les origines. Croisé quelques minutes à l’improviste, il a eu la gentillesse de répondre à mes questions afin de mieux cerner les raisons de la présence de tant de résidents étrangers dans notre belle région Bourgogne.

Des écossais à Tournus

Mister McLeod et son épouse, originaires de Grande-Bretagne, vivent depuis neuf ans à proximité de Tournus, région qu’ils ont connue il y a maintenant une quinzaine d’années quand Continuer la lecture

Cédric Cortot présente le premier Marché des artistes locaux de Tournus

Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter un projet culturel local porté par un artiste que j’apprécie tout particulièrement, non seulement pour ses qualités humaines mais aussi pour ses talents de photographe, talents que vous pourrez très bientôt découvrir lors de la première édition du Marché des artistes locaux à Tournus, du 3 au 6 décembre inclus au Réfectoire des moines. Cette première édition vous propose de découvrir le travail de quinze artistes locaux, dans des techniques variées et à tous les prix, avec en invité d’honneur le photographe parisien Fabrice Lévêque. Je laisse Cédric Cortot nous présenter cette animation plus en détail… Continuer la lecture

Tombé dans le panneau

Par Julien Roturier

 julien-roturierLa semaine dernière, je vous parlais du stationnement à Tournus. Et si je continue dans cette voie carrossable, on va finir par croire que je ne fais que me plaindre. Ce qui est faux : je suis à peine amer et un rien sarcastique – ce qui me vaut parfois en société le surnom de l’amer des sarcasmes. (Ne m’en veuillez pas trop : si je ne fais pas un minimum de calembours douteux, ma femme risque de ne plus me reconnaître.)

Alors commençons donc par une brève introduction laudative. Je félicite la mairie pour les travaux réalisés pour mettre en sécurité les piétons le long de l’avenue de la gare (dont le nom m’échappe, mauvais tournusien que je suis) avec, enfin, un parking digne de ce nom devant le restaurant Les Remparts et une plus grande facilité à prendre un train sans risquer sa vie, grâce Continuer la lecture

Stationner n’est pas jouer

Par Julien Roturier

TortueAh, Tournus. Qu’est-ce qu’on n’entend pas dire sur ton pauvre petit centre-ville tout encombré. Et on entend de tout, d’ailleurs : pas assez de zones piétonnes, trop de zones piétonnes, nécessité de rouvrir le passage Cadot en déplaçant le cinéma, absurdité de rouvrir le passage Cadot… Mais s’il est bien une chose qui met tout le monde d’accord, c’est que stationner à Tournus, ce n’est pas simple.

Continuer la lecture

Charité désordonnée

Par Julien Roturier

Un jeudi soir à Tournus. Le soir, j’aime à boire un verre en terrasse en compagnie de ma moitié. La ville est calme, comme de coutume, quand soudain nous voilà envahi par une bruyante et sympathique horde d’adolescents transformés en enfants-sandwichs par de petits panneaux faits maison.

Ils sont en vadrouille, nous disent-ils, pour aider un camarade menacé d’expulsion sous sept jours et nous demandent un petit geste financier. « Expulsé de son logement ? », leur demandai-je. « Non », me répond une ado : « De France ». En mon for intérieur, je me demande Continuer la lecture