Archives de catégorie : Relations publiques

Chers ami(e)s tournusiens et tournusiennes, faut qu’on cause!

Je ne sais pas si vous avez suivi un peu les discussions sur l’installation d’un nouvel hypermarché ‘Leclerc’ en périphérie nord, mais quand on regarde ce projet d’un œil objectif, on ne peut que constater que c’est une énorme connerie. Je vais vous dire pourquoi.

  1. C’est mauvais pour la vitalité du centre-ville.

Leclerc s’installe avec des milliers de m2 de surface de vente (fringues, chaussures, électroménager, bricolage, bijoux, maroquinerie, presse, alimentaire). Le chiffre d’affaire de Leclerc, ça vient des poches des habitants du Tournugeois. Et puisque nous ne pouvons dépenser notre euro qu’une seule fois, c’est logique que les commerces du centre souffriront. Le centre-ville, déjà pas en très bonne santé, va mourir.

  1. C’est mauvais pour l’emploi.

Chaque emploi crée en périphérie en détruit deux dans le centre. Vous voyez, ces gentils commerçants qui maintenant vous donnent des conseils sur leurs produits à deux pas de chez nous, vous les reverrez bipper derrières les caisses dans un job mal payé chez Leclerc. Leur Continuer la lecture

Hallo? Ne quittez pas!

Le saviez-vous? La municipalité de Tournus est en train de faire un sondage téléphonique parmi les habitants du Tournugeois. Ça doit être Emilie Savot qui le fait, puisqu’elle est embauché comme animatrice commerciale dans le cadre du projet de revitalisation. Je connais quelqu’un qui a répondu à des questions comme:

  • Que pensez-vous des vitrines dans le centre?
  • Que pensez vous de l’accueil?
  • Qu’est-ce qui manque comme magasins?
  • Quelles courses avez vous l’habitude de faire dans Tournus?
  • Comment trouvez-vous le système de stationnement?
  • Quels sont les revenus de la famille?

La personne qui m’a dit tout ça, m’explique qu’a la fin de la conversation, elle a demandé si ce questionnaire était en rapport avec le projet Leclerc. La réponse a été “Oui.” L’enquêtrice lui a Continuer la lecture

Investissement participatif pour la revitalisation de Tournus

marche de tournusL’idée sera de chercher des investisseurs particuliers pour un projet/des projets de développement. Le groupe de cible principal sont les habitants et commerçants de Tournus. Mais bien sûr les personnes de l’extérieur peuvent aussi participer (crowd Funding, participation sociale). Et même la municipalité, la communauté de communes et le département peuvent participer, avec des subventions ou du soutien administratief. Nous pouvons pas offrir un grand rendement (peut-être 2 ou 3%), mais pour les Tournusiens ce sera surtout un investissement dans la vitalité de leur ville.

Le projet

Le but sera d’acheter ensemble des locaux commerciaux dans le centre de Tournus pour ensuite les louer à bas prix à des commerçants et des entrepreueurs de toute sorte. Une seule Continuer la lecture

Des promesses qui mordent

Chers lecteurs, vous avez peut-être remarqué qu’en tant qu’immigré, Hollandais et donc simple intrus, je me mêle des affaires des Tournusiens. Je parle des choses qui ne me plaisent pas, des choses qu’on pourrait améliorer, des choses qui puent… mais aussi de ce que j’adore dans cette ville.

Parfois on me dit: si tu n’aimes pas comment on fait les choses ici, t’as qu’à retourner chez toi. Un argument assez faible, car le fait que je ne sois pas d’ici, ne dit rien sur la qualité de mes arguments.

Ce dernier temps je me suis particulièrement intéressé au projet ‘Pôle Nord’ de notre maire Claude Roche et un certain Alain Landais, investisseur d’ailleurs. Un projet qui semble être porté Continuer la lecture

Les annonces immobilières : l’art de la rédaction

Rédiger une annonce immobilière, c’est mettre tout son savoir-faire au service d’un texte percutant et efficace. A quoi servent les annonces immobilières ? Qui les rédige et qui les lit réellement ? Quelle est la différence entre une annonce d’agence et celle rédigée par un particulier ? Tout un monde en amont des visites et des transactions immobilières.

Que faut-il mettre dans une annonce immobilière ?

Rédiger correctement une annonce immobilière, est la clé du succès. Généralement, un bien qui a été convenablement évalué est vendu dans le mois qui suit sa mise sur le marché immobilier.
Pour optimiser la visibilité d’une annonce, il est important de placer les informations primordiales en titre et d’éviter les abréviations. Vente ou location, maison ou appartement, le nombre de pièces et la ville où se situe le logement sont des informations à privilégier pour accrocher le visiteur et pour un bon référencement sur internet.
Le corps de l’annonce doit être très précis afin que le lecteur ait une bonne idée du bien proposé à la vente ou à la location. Pas question d’embellir la réalité car cela donnerait lieu à de nombreuses visites déçues et à aucune signature de contrat. Pensez à donner les informations cruciales comme le mode de chauffage, la clarté et les étages (logement à étage ou situation dans une résidence). Ajoutez les éléments additionnels comme le jardin, la cave ou le garage et précisez la proximité des commerces et services. Il est également nécessaire d’inclure des photos claires et conformes à la réalité, pour attirer l’œil et susciter la curiosité du futur acheteur ou locataire.
Une agence immobilière peut faire le choix d’utiliser le même texte pour sa vitrine et pour son site internet, ou de reformuler l’annonce, afin d’obtenir un meilleur référencement.
Qu’il s’agisse de l’achat d’un appartement neuf ou d’une maison en construction, de la location d’un appartement ou d’une maison, le prix doit correspondre au prix du marché. Cela évite la fuite du potentiel client avant même d’avoir fait une première visite.

Les lois qui régissent les annonces immobilières

S’il y a des règles de rédaction qui relèvent du bon sens, il y a surtout des lois auxquelles il faut obligatoirement se soumettre pour rédiger une annonce immobilière. Il n’est en effet pas possible de faire n’importe quoi pour vendre ou louer coûte que coûte.
La Loi Alur, fixe les “obligations relatives à la rédaction d’annonces immobilières”.
<em>Pour toute vente</em>, il faut impérativement préciser dans l’annonce si le logement est en copropriété et à combien s’élèvent les charges courantes de ce bien. Il faut également préciser dans l’annonce si la propriété fait l’objet d’une procédure d’alerte ou bien de redressement du syndic.
Lors d’une vente, il est impératif de donner le prix de vente net si les frais d’agence sont à la charge du propriétaire et le prix de vente total dans le cas où ces frais incombent à l’acquéreur. Dans le dernier cas, l’annonce doit préciser le pourcentage alloué à ces frais d’agence inclus.
<em>Pour une location</em>, il faut préciser dans l’annonce immobilière le montant des frais d’agence que le locataire devra payer, le cas échéant.
Enfin, qu’il s’agisse d’une vente ou d’une location, vous devez préciser les informations relatives à la consommation énergétique du logement et préciser quelles sont ses normes en termes d’énergie et d’isolation.

Déchiffrer les annonces immobilières

Lors de la rédaction d’annonces, agences immobilières comme particuliers cherchent à en dire un maximum dans un minimum de mots. S’ensuivent des abréviations parfois un peu sibyllines. Evidemment, il est recommandé d’éviter ces abréviations mais parfois, certaines expressions sont entrées dans le registre courant et semblent naturelles à la rédaction d’annonces immobilières. Par exemple, CC signifie Charges Comprises, là où HC précise Hors Charges. HQE signifie Haute Qualité Environnementale, définissant les standards du logement écologique. Si vous croisez les mots Ch pour chambre, Hsp pour hauteur sous plafond et Apt pour appartement, ne soyez pas surpris. Asc est utilisé pour ascenseur, Pdt pour pierres de taille, CV désigne le centre-ville, sdb, salle de bains et sde, salle d’eau. Dans le cas d’une vente, vous trouverez FAI (Frais d’Agence Inclus), et FN (Frais de Notaire inclus, pour une location, vous aurez droit à DG fixant le montant du Dépôt de Garantie.
Les classiques, vous les aurez reconnus, ce sont les AV et AL pour A vendre et A louer, tandis que SH mentionne la surface habitable et TBE proclame le logement en très bon état.
Au-delà des convention, apprenez à décoder un “à rafraîchir”, “jardinet” ou “quartier en devenir” qui précise que tout n’est pas parfait mais que cela mérite que le futur acheteur ou locataire prenne la peine de visiter.
Même s’il existe de nombreuses abréviations pour éviter de rédiger une annonce trop longue, il est conseillé d’éviter le plus possible d’y avoir recours. Les agences immobilières s’en servent avec parcimonie afin de rendre la lecture fluide et agréable.