CONSEIL MUNICIPAL – Communiqué du groupe majoritaire de Tournus

Dessous, en noir, le communiqué sortie ce samedi 13 mai par la majorité des élus du conseil municipal. Pour être plus claire… il s’agit d’une majorité du partie ‘Pour Tournus Avec Vous’ de Claude Roche. Alors la majorité de la majorité. Les élus de l’opposition n’en font pas partie.

J’ai mis quelque commentaires et remarques personnelles en rouge.

Explications aux Tournusiennes et aux Tournusiens.

Si la démission de Monsieur Claude Roche a été demandée par le groupe majoritaire du Conseil municipal ce n’est pas sans raisons sérieuses.

Nous avons été élus en 2014 sur un programme que nous avons construit ensemble pendant la campagne électorale. Cette proposition a plu aux Tournusiens et nous sommes devenus majoritaires ; nous avons alors élu M. Roche comme maire au sein du Conseil municipal ainsi que les adjoints et les conseillers délégués. Nous avons donc un contrat avec la population ; nous ne démissionnerons pas.

Ce groupe est engagé et légitime et continue de dénoncer la méthode de gouvernance de Monsieur Claude Roche et certaines de ses orientations.

Alors là, je suis u peu surpris. Pendant trois ans, les élus de la majorité ont aveuglement vôté avec le maire et défendu toutes ses décisions, malgré leur farfeluïté parfois époustouflante. Et quand on les a posé des questions bien argumentées sur les ramifications des actions proposés (rappelons la destruction de Madeleine Palace, les propositions de construction d’une salle poly-culturelle avec 2000 places assises et le développement d’un centre commercial de taille pharaonique au ‘pôle nord’ de Tournus), ils ont toujours répondu avec un dédain choquant, traitant les citoyens sérieusement inquiètes comme des pauvres d’esprit qui devraient se taire devant leur connaissance supérieure des affaires municipales. Et maintenant ils disent « ce groupe (…) continue à dénoncer la méthode de gouvernance de Claude Roche ». Le mot ‘continue’ me semble mal choisi, ici.

Il y a tout d’abord les nombreuses décisions prises par M. Roche sans aucune concertation, ni avec ce qui était alors sa majorité, ni avec les groupes d’opposition. Nous pouvons citer en exemple ces derniers mois :

– le détournement de fonction d’un agent de la ville pour lui servir de chauffeur,
– un poste de secrétaire qui devait se transformer en chef de cabinet du Maire,
– un spectacle pyrotechnique pour le 8 décembre imposé trois semaines à l’avance, sans maîtrise des conséquences budgétaires,
– des voiries laissées sans nettoyage (ou à l’abandon) dont M. Roche a pris la responsabilité directe il y a plusieurs mois.

Après un an et demi de luttes et de désaccords internes, nous ne pouvons plus accepter cette façon de faire.

‘Un an et demi de luttes et de désaccords’? Si les élu(e)s auraient eu des principes, ils auraient démissionnés bien avant. Comme l’ont fait Ghisèle Garnier, Maud Dailler et Jean-Louis Berthod. Ou fait opposition interne comme Gaëlle Buhagiar et François Cochet, les seuls membres de la majorité qui ont osé voter contre le project Leclerc

Ses avis changeants font stagner des dossiers depuis des mois, notamment concernant la revitalisation du centre-ville et la zone nord. Plus grave encore est la dissimulation, par M. Roche, du document relatif à l’impact commercial de la zone économique nord. Datée d’octobre 2016, et seulement révélée en avril 2017, cette étude objective aurait été indispensable lors du vote du Conseil municipal du 23 novembre 2016. Après lecture de ce rapport, il apparaît que le groupe majoritaire est en opposition avec le Maire sur l’implantation d’un centre Leclerc en zone nord.

Alors là… bravo! Pendant des années tous ceux qui se sont opposés au projet LeClerc ont été traité comme des cons, des subversives, des anarchistes, des gauchistes et même des FN’ards. Tous les rapports (même les plus officiels) sur les risques de développement périurbaines ont été balayé de côté. Il y avait un refus total d’écouter des arguments et de se justifier contre les arguments quand même assez solides. Et finalement, en avril 2017 ils ont ‘découvert’ que le projet aura un impact négatif sur la vie économique du Tournugeois. Mieux tard que jamais. 

Cependant le développement industriel et tertiaire de Tournus reste une nécessité absolue qu’il faudra aborder clairement à l’intercommunalité.

Oui, oui, les terrains à la sortie de Tournus valent beaucoup d’argent et il faut bien les exploiter au maximum pour la création d’emplois. Malheureusement une partie des terrains est dans les mains d’Alain Landais, le promoteur du projet LeClerc qui a acheté plusieurs hectares à €260.000 par Ha. Pas mal pour des terres agricoles. Il nous les revendra ? Ce sera lui qui décide quoi y mettre ? Peut la ville faire valoir son droit de préemption pour casser le compromis signé ? Faut-il refuser la modification du PLU ? Est-ce qu’on s’ouvre à des poursuites juridiques par le promoteur ? Ce sera intéressant de voir comment cet affaire va finir.

Aujourd’hui la revitalisation est bloquée, le maire n’ayant jamais répondu clairement aux nombreuses demandes du préfet. Or, ce dossier, fondamental pour Tournus, ne peut être travaillé qu’en ayant des positions affirmées sur la zone économique nord, le plan de sauvegarde et de mise en valeur et l’éco-quartier. C’est pourquoi lors du dernier conseil, le groupe majoritaire a présenté au sein de la délibération-cadre concernant la revitalisation, la mise en suspens de l’éco-quartier. En effet, il est incohérent de soutenir la rénovation de l’habitat en centre-ville et de créer un quartier périphérique.

Ces deux orientations majeures sont le socle du nouveau contrat. Nous souhaitons reprendre les points forts de notre programme de campagne, et les mettre en place rapidement, de manière réaliste et dimensionnée à la taille de la ville. Nous allons reprendre la concertation avec tous, car Tournus doit retrouver sa convivialité et son apaisement.

Nous vous présenterons un bilan des trois années écoulées, dossier par dossier, réflexion à partir de laquelle nous pourrons oeuvrer pour le développement de Tournus.

Le groupe majoritaire »

Vivement la concertation. Je crois que les idées abondent, aussi parmi les conseillers de l’opposition, que je connais pour être assez intelligent(e)s, créatifs(ves) et ouvert(e)s à la discussion.
Mais je crains aussi qu’il faudra un peu de temps avant que les Tournusiens et Tournusiennes  aient retrouvé la confiance en cet équipe majoritaire, qui aura des problèmes à nous convaincre de leur réactivité. Surtout pendant que le maire est toujours là pour bloquer les actions nécessaires.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *