49 Travessa de Cedofeita, Porto, Portugal… un enfer siberien

Nous avons loué un appartement au 49 Travessa de Cedofeita à Porto, au Portugal, et nous avons perdu beaucoup d’argent parce que le propriétaire, Marcelo Eduardo de Aguiar Ferreira, a refusé de nous rendre notre argent lorsque nous avons été obligés de déménager. Que s’est-il passé ? Je vais vous le dire.

Le fait est, je pense, que nous avons été trop optimistes. Nous pensions que – pour un séjour de deux mois max – nous allions passer un bon moment à la belle ville de Porto et que tout allait bien se passer. Malheureusement, nous avons eu des problèmes dès le départ.

Pourquoi 49 Travessa de Cedofeita ?

Nous avions soigneusement choisi notre location pour être au centre, avoir deux chambres (je ronfle fort) et avoir un jardin pour ne pas avoir à aller dans un parc trois fois par jour pour que le chien fasse pipi.

Nous avons trouvé un appartement moderne au 49 Travessa de Cedofeita, à côté du charmant restaurant Coupage 51. Le propriétaire de notre appartement, Marcelo de Aguiar Ferreira, nous a également loué un garage à environ 15 minutes à pied. Nous avons payé un mois à l’avance par virement bancaire. C’est-à-dire : 850 € pour l’appartement et 150 € pour le parking.

49 Travessa de Cedofeita, sans le jardin

Mais là, le désastre commence. Quelques jours avant notre départ de la France, le propriétaire nous donne de mauvaises nouvelles. Il a perdu un procès contre l’université de Porto, qui revendiquait la propriété de son jardin. Nous ne pouvions donc pas l’utiliser. On a immédiatement et frénétiquement commencé à nous renseigner auprès du groupe Facebook-expats à Porto sur les parcs du quartier où on pourrait peut-être sortir notre chienne.

J’ai dit à Marcelo: « OK, le délai étant trop court pour trouver autre chose tout suite, nous allons juste arriver dimanche et voir si nous pouvons nous débrouiller. » A l’arrivée, une dame qui fait l’enregistrement nous a demandé de payer une caution, plus une avance sur l’électricité plus la taxe de séjour. Encore 350 euros. J’ai payé, car elle ne faisait que son travail et en plus… où pourrions-nous aller ?

House Cedofeita – un enfer siberien

Une fois installés, nous avons constaté que l’absence d’un jardin n’était pas le seul problème de l’endroit. Par exemple, aucun des murs séparant les différentes pièces n’allait jusqu’au plafond ! Ils étaient tous ouverts dessus. Ce qui signifie que l’on pouvait entendre partout chaque toux et gémissement de n’importe quel endroit de l’appartement. Ma femme et moi sommes ensemble depuis 30 ans, donc mes petits péts et rôts ne la dérangent pas plus que ca, mais quand même, cela a fait échouer notre objectif d’avoir une deuxième chambre anti-ronflement.

49 Travessa de Cedofeita chambre sans plafond

49 Travessa de Cedofeita chambre 1 et hall d’entrée sans plafonds. Inutile de chauffer.

Voici l’entrée de la salle de douche et toilette. Completement ouvert dessus, on entend tout!

De plus… l’appartement était FROID ! Il y avait des plafonds en verre dans la pièce principale et la salle de bain, et presque pas d’isolation. Dans la salle de douche/toilettes, on pouvait entendre les gens parler et sentir la cuisine du restaurant d’à côté. Quelqu’un avait mis du plastic à bulles dans les trous entre le toit et le mur, mais ce n’était pas suffisant pour garder la chaleur à l’intérieur. Ni le froid dehors. L’appartement était glacé. Normalement, on peut s’arranger et se débrouiller en bien chauffant une seule pièce. Mais ai-je mentionné que les pièces n’avaient pas de murs ni de plafonds?

salle de douche ouverte Cedofeita House

Le froid de dehors rente entre mur et plafond car la seule isolation consiste d’un peu de plastique à bulles bourrée dedans.49 travessa de cedofeita entree chambre 2Voici l’entrée vers la chambre 2. Encore une fois, entièrement ouvert. On pouvait facilement se parler sans monter le voix dans n’importe quelle pièce de la maison. Alors il n’y a pas deux chambres. C’est un grand ‘loft’ ouvert sans intimité du tout.

Le propriétaire nous a dit d’utiliser les radiateurs électriques, mais j’ai rapidement calculé que 5 radiateurs de 1000kW = 5000kWh x 25 cents ce serait de 1,25 € par heure juste pour rendre l’endroit moins invivable ! Etant à la maison la plupart du temps (c’étaient des vacances de travail à domicile, où je voulais encore travailler plusieurs heures par jour), cela reviendrait à environ 25 € par jour !

Ceci, ainsi que beaucoup d’autres petites choses que je ne vais pas aborder maintenant, nous a fait décider d’aller chercher un autre endroit pour notre séjour à Porto. Je l’ai dit au propriétaire le mardi, nous avons trouvé un bien meilleur appartement le mercredi (avec deux chambres séparées plus un petit jardin et une place de parking privée sur la Praça Pedro de Nuñes, près du centre) et nous avons déménagé le jeudi. En tout, nous sommes restés quatre jours dans le premier appartement.

Nous quittons 49 Travessa de Cedofeita

Lorsque nous avons déménagé de 49 Travessa de Cedofeita, le propriétaire nous a dit de rendre rapidement les clés de la maison et du garage car c’était une période très chargée.

Malheureusement, ma femme était tombée malade. Une mauvaise grippe qu’elle avait attrapée à la Travessa de Cedofeita en mode ‘Sibérie’. Dans le nouvel appartement, elle est restée au lit en transpirant et en frissonnant pendant trois jours entiers. J’ai gardé le contact avec le propriétaire et j’ai finalement réussi à lui faire accepter un règlement financier. Eh bien…

Marcelo Eduardo de Aguiar Ferreira ne rembourse rien

Il a décidé unilatéralement qu’il ne nous rendrait pas notre argent. De plus, il a pris l’acompte de sécurité et a déduit le loyer pour les quatre jours que nous avons passés là-bas, plus les frais pour un mois complet d’Internet (44,90 €), plus l’électricité et l’eau pour les quatre jours. Nous avons payé 350 € et il était prêt à nous rendre 91 €. Pour garder 260 €. Plus les 1.000 euros que nous avions déjà payés pour le premier mois de loyer. Donc ces quatre jours dans un enfer gelé nous avaient coûté 1.260 euros !

Son excuse ? « C’est vous qui avez annulé ».  Et il ne pouvait pas louer la maison parce que « tous les calendriers sont fermés ».

Avis aux visiteurs de Porto: ne louez pas de Marcello de Aguiar

Malheureusement, nous ne pouvons pas faire grand-chose. Sauf écrire une lettre de plainte officielle à l’office de tourisme et aux différents sites de location que Marcelo Eduardo de Aguiar Ferreira utilise pour faire de la publicité pour sa « House Cedofeita » au 49 Travessa de Cedofeita. Et je peux rédiger quelques articles en différentes langues sur mes blogs français, néerlandais et anglais pour que l’adresse de l’appartement et le nom du propriétaire soient très bien trouvés sur les différentes versions de Google. C’est ma profession de faire comme il faut. De cette façon, même s’il ne nous rend pas notre argent, au final, c’est lui qui sera le perdant. Tout le monde saura: Marcello de Aguiar, le propriétaire de 49 Travessa de Cedofeita, prendra votre argent et ne tiendra pas ses promesses. Cela lui coûtera beaucoup d’affaires.

——-

Bon. Avec tous ces tracas, nous en avions vraiment marre de Porto. Le nouvel appartement était agréable et confortable et le propriétaire était un amour, mais partout où nous allions, nous avions froid. Au restaurant, au café, dans les rues… FROID ! Il n’y avait qu’une seule chose que nous attendions vraiment avec impatience… le retour à la maison. Alors nous avons simplement décidé de le faire. De retourner à Tournus.

Heureusement, le propriétaire de la deuxième maison que nous avons louée a été très gentil. Quand nous lui avons dit que nous allions partir plus tôt, il a accepté de nous rendre la partie inutilisée de notre argent.

Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes dans un hôtel près de Périgueux, en France, à seulement 4 heures et demie de route de notre domicile. Où, je l’espère, il ferra chaud.

 

Mensonges sur 49 Travessa de Cedofeita sur Bookings.com

Free WiFi? City Views? Non et non.

Lees dit artikel over 49 Travessa de Cedofeita in het Nederlands
Read this article about 49 Travessa de Cedofeita in English

1 réflexion sur « 49 Travessa de Cedofeita, Porto, Portugal… un enfer siberien »

  1. Ping : Don't rent 49 Travessa de Cedofeita from Marcelo de Aguiar Ferreira!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *