Qu’est-ce qui est plus propre, panneaux solaires, éoliennes ou énergie nucléaire ?

La bataille entre « fossile » et « alternatif » semble être réglée. Bien que de nombreuses personnes considèrent encore l’essor des véhicules électriques comme une défaite personnelle, et qu’elles saisissent toutes les occasions pour défendre leur choix contre les voitures à batterie et en faveur des moteurs à pétarade. Leurs arguments ont parfois beaucoup de sens. Les batteries d’une Tesla ou d’une Zoé sont chères et ne durent pas éternellement. De plus, ils contiennent des matériaux rares, qui sont souvent extraits dans des conditions inhumaines et sont difficiles à recycler. Néanmoins, l’industrie automobile traditionnelle a maintenant compris que l’avenir est 100% électrique. Certaines marques promettent déjà de ne produire que des voitures électriques après 2025.

L’électricité fait le buzz
Tout comme au XIXe siècle les mines de charbon se creusaient en masse pour faire fonctionner les machines à vapeur des usines, la production d’électricité est aujourd’hui en plein essor. En partie grâce à toutes ces voitures électriques. Et une fois de plus, nous sommes confrontés à un choix. Des panneaux solaires ? Des éoliennes ? Du méthane ? Les biocarburants ? Ou devrions-nous continuer à utiliser les bonnes vieilles centrales nucléaires, qui sont peut-être plus vieilles que bonnes maintenant, mais qui pourraient encore faire quelques décennies de plus avec un peu de soin palliatif et une généreuse injection financière. Il s’agit juste de se débarrasser du retard de maintenance.

Quel est le choix le plus propre ?
Le débat est à nouveau ouvert. Même les décideurs des gouvernements (non, pas les élus politiques mais les vrais décideurs : le « complexe industriel capitaliste ») ont finalement compris que le réchauffement climatique coûtera plus cher qu’ils ne peuvent gagner en continuant à agir comme si de rien n’était. Eux aussi sont convaincus : nous devons arrêter de brûler du charbon et du pétrole. Mais quelle source d’énergie allons-nous utiliser pour arrêter la hausse des températures et les phénomènes climatiques extrêmes qui l’accompagnent ?

La puissance atomique… Ja gerne oder nein danke ?
L’énergie nucléaire fonctionne bien et (une fois le béton coulé et séché) n’émet pratiquement pas de CO2. Les quelques trains brillant vertement dans l’obscurité, qui entrent et sortent des centrales électriques remplis de matières radioactives mortelles pendant des siècles, ces trains ont une empreinte de CO2 négligeable. Seulement, eh bien… Fukushima. Le risque d’une catastrophe est faible, mais les conséquences sont importantes. Soyons honnête… cette source d’énergie qui permet d’économiser du CO2 n’est pas entièrement sans danger. Ce n’est pas sans raison qu’en Allemagne, ils cessent de l’utiliser, près de 50 ans après les premiers autocollants « Nein Danke ».

Les éoliennes
Partout dans le monde où il y a la moindre brise, les formes élancées des éoliennes grattent le ciel. Sur les vastes plaines des États-Unis, des parcs éoliens entiers tournent patiemment leurs méga-watts depuis des décennies. Au total, ils sont près de 60 000 aux États-Unis. C’est beaucoup, si l’on considère l’importance du lobby pétrolier dans ce pays. Mais en même temps, ce n’est pas énorme non plus, compte tenu de l’espace dont ils disposent dans tous les États. D’immenses zones où l’on ne voit rien d’autre que du tumbleweed errant, qui en passant semble dire : « Regardez, je vis du vent ! Faites comme moi ! » Le vent est gratuit, mais les éoliennes ont leurs propres problèmes. Dans des pays où l’espace est réduit ils sont facilement gênants, ils font du bruit, des oiseaux s’écrasent contre leurs ailes, et il faut beaucoup de béton produisant du CO2 pour les fondations. Il y a aussi des produits chimiques dangereux dans les transformateurs en dessous. Et quand ils s’épuisent, leur démantèlement coûte des tonnes d’argent et de CO2.Panneaux solaires
Cela semblait être une solution parfaite. On met une plaque en verre au soleil et elle produit de l’électricité. Grâce à la popularité des cellules solaires, les coûts de production ont tellement baissé que l’énergie solaire peut désormais rivaliser en prix avec l’électricité d’origine fossile. Mais les panneaux solaires électriques ont des côtés + et -. Le côté positif est qu’ils sont visuellement moins envahissants que les moulins à vent. On les met quelque part et personne ne les voit, sauf si on est vraiment juste devant. Et ils font – un gros PLUS par rapport aux éoliennes – zéro bruit. Certes, un pré rempli de panneaux n’est pas aussi beau qu’un chapmp de colza, des tournesols ou même des vignes, mais ils offrent un bon rendement sans pesticides sans beaucoup d’entretien. Du côté négatif, nous rencontrons les mêmes problèmes qu’avec les moulins à vent. Ils contiennent des métaux rares, qui sont extraits dans des pays à bas salaires par des travailleurs (parfois très jeunes) n’ayant guère plus que le statut d’esclave, ils ne durent pas éternellement et sont difficilement recyclables.

Problèmes de stockage
Un inconvénient supplémentaire important du soleil et du vent en tant que sources d’énergie est qu’on est dépendant de circonstances incontrôlables. S’il n’y a ni vent ni soleil, ils ne produiront pas d’énergie ou en produiront beaucoup moins. Et s’il y a un vent fort un jour d’été sans nuage, les compagnies d’électricité se trouvent sous la tension d’un grand surplus. Une sorte de tampon est donc nécessaire pour stocker l’électricité, de sorte que même pendant une nuit sans vent, elle puisse être utilisée de manière intensive. L’énergie nucléaire ne présente pas de tels problèmes. Si vous avez besoin d’électricité, vous pouvez l’augmenter. Si vous n’en avez pas besoin, vous pouvez le mettre en position basse. C’est l’idéal ! Mais encore une fois… Fukushima.

Manque d’énergie ou manque de vision ?
Il semble qu’il n’y ait pas de solution optimale, mais il y en a une. Ou presque. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’une vision claire de ce que pourrait être une solution réalisable, et ensuite le courage de mettre cette vision en pratique de toutes nos forces. Regardez comment quelqu’un comme Elon Musk a réussi à confondre tous les sceptiques en faisant simplement ce que tout le monde pensait impossible : développer une voiture électrique attrayante et financièrement performante et la vendre dans le monde entier. Avec vision, persévérance, courage et argent. Beaucoup d’argent. Avec beaucoup moins d’argent mais tout autant de vision, un autre exemple brillant est celui de Boyan Slat, un jeune qui travaille sur son projet Ocean Cleanup, qui vise à éliminer 90% de la pollution plastique des océans. Il ne fonctionne pas encore à 100 %, mais le projet progresse à grands pas, tout en s’appuyant largement sur le sponsoring et le crowd sourcing. Et regardez ce qui s’est passé quand le monde entier s’est mis au travail avec des ressources financières presque illimitées pour développer un nouveau vaccin ! En un temps étonnamment court, le travail a été fait et les piqûres ont commencé.

Choisir et faire
Les panneaux solaires peuvent sauver le monde. Mais nous devons d’abord aller jusqu’au bout. Imaginez-vous que nous prenions tout l’argent des subventions qui va encore aux entreprises fossiles pour le mettre dans la recherche autour de l’énergie solaire! Des panneaux plus propres, des usines de recyclage (qui existent déjà, d’ailleurs, car on pourra bientôt y gagner pas mal de l’argent), de meilleurs moyens de stocker temporairement l’énergie. Législation visant à rendre les panneaux solaires obligatoires sur tous les nouveaux toits. Subventions pour l’isolation des maisons. Et peut-être que chaque nouvelle construction ou rénovation de maison devrait inclure une « batterie domestique » intelligente pour le stockage décentralisé de l’électricité. Ces piles existent déjà, mais elles sont encore trop chères pour être utilisées à grande échelle. Subventionnez-les ! Car un monde meilleur avec une énergie propre, c’est simplement une question de choix et de volonté partagé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.