Dans deux ans et demi, on ouvre un parc historique ?

Par un article dans le JSL, le journaliste Thomas Borjon nous met au courant du développement du projet ‘Eclat’, le parc historique qui doit ouvrir à Tournus en 2023. Je suppose dans le printemps. C’est donc dans deux ans et demi. Alors on se demande pourquoi on n’entends rien sur l’évolution de ce projet?

Ça se fera. Mais comment, quels sont les effets pour la ville de Tournus? Pour l’environnement? Pour le terrain En Baraban que nous avons si ardemment défendu il y a 4 ans contre un détournement en centre commercial Leclerc avec des grands parkings? Est-il toujours une bonne idée en 2020 de miser sur la croissance économique et les déplacements en voiture?

Tournus Citoyens à toujours prôné l’ouverture et la démocratie associative. Pourquoi alors j’ai l’impression que le développement de ce parc commercial se déroule en opacité?

« Le travail porte actuellement sur le Plan local intercommunal d’urbanisme (PLUI) » dit M. Accary. Ainsi que: « une préparation d’acquisition foncière est en route ». Alors ils achètent le terrain et changent le plan d’urbanisme. Comment? Quels seront les ramifications pour nous?

Merci, les élus et autres responsable, de vous ouvrir un peu et de rassembler les citoyens du Tournugeois autour de ce parc Éclat. De les donner une voix dans ce projet. Car c’est NOTRE projet, autant que le votre.

2 réflexions sur « Dans deux ans et demi, on ouvre un parc historique ? »

  1. Pierre-Michel Delpeuch

    Le monde du tourisme est unanime : le concept des parcs d’attraction développés sur le modèle du Puy du Fou est maintenant complètement dépassé. Il ne faut plus concentrer des foules d’automobilistes sur des parkings géants, c’est contraire aux engagements citoyens en faveur du climat et d’un développement durable des territoires. D’autre part présenter le patrimoine historique sous forme « fake », en carton pâte, nuit grandement aux efforts méritants en faveur de l’authenticité. Notre patrimoine matériel et immatériel est tellement riche que ce serait pitié que de le concurrencer par un disneyland de consommateurs passifs.

    Répondre
  2. Lacroix

    Moi j’ai surtout peur qu’outre l’incohérence écologique qui va consommer de bonnes terres agricoles et miser sur la venue de visiteurs parcourant des dizaines voire centaines de kms on ne mette en plus le vers dans le fruit.
    Si par hasard le succès n’était pas au rendez vous, laissera t-on une friche, que fera t-on des infrastructures d’accès et des aménagements qui auront coûté au public comme au privé des dizaines de millions d’euros. Gageons qu’il y aura à ce moment là un chevalier blanc qui acceptera de racheter le tout pour y mettre….
    un joli centre commercial.
    Et en plus on lui dira merci et pour le remercier on lui fera quelques cadeaux.
    C’est bien le tourisme mais quand on n’a que ça comme perspective de développement c’est très triste

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *