Tournus… mon manège à moi


Parfois, avec toutes ses facettes, Tournus me fait tourner la tête. Ça pourrait être une parole de chanson, mais c’est la vérité vécu. Cet après-midi je retournais à pied après avoir laissé ma voiture au garage de Hervé. Bien sûr je fais le détour le long des quais. Un bateau de croisière allemand s’apprête à partir, des petites groupes de touristes sur le toit. Il fait beau, avec un ciel nuageux de façon hollandaise. Les bac de fleurs égaient encore le tableau.
Quand je tourne ma tête vers la rue, par contre, je vois plein de gros camions. Ce sont les exploitants de manèges et autres attractions de la kermesse, qui sont venus s’installer. Mais… je croyais qu’il n’y aura pas de kermesse, cette année, à cause du COVID?
Quelqu’un m’explique que les exploitants sont venus quand même parce qu’ils ne sont pas d’accord avec la décision de la municipalité d’annuler la kermesse. Un peu bizarre. Je travaille dans le tourisme, et je n’ai pas eu de boulot du tout cet année. Mais je n’ai pas de gros camion pour mettre quelque part pour mettre la pression. Comme les restaurants n’ont pas bloqué leur rue pour forcer la ville de les permettre d’ouvrir. Et comme tout les autres attractions (comme le cinéma) qui doivent bêtement attendre que ça passe.
Tout le monde souffre de cette situation, où on risque la vie des gens si on s’y prend mal. Pas la peine de mettre la pression simplement parce que t’as les moyens, surtout pas en bloquant une rue où des commerces (les restaurants, Rebillard, doivent recevoir leurs clients. Le stationnement est assez difficile sans gros camions le long des quais.Mais bon, faut pas trop se plaindre, car Tournus, c’est aussi des gens qui se reposent sur un banc devant l’Ancienne Forge. Du mobilier urbain malheureusement éphémère.

Mais qu’est-ce que je vois dans un coin? Merdre! Un sac poubelle mis bien avant l’heure. Et ce n’est pas qu’aujourd’hui. Dans notre rue, il y a ceux qui mettent leurs sacs le vendredi après-midi, ce qui veut dire qu’on peut les admirer tout le weekend, car le ramassage des ordures n’est que le lundi-matin. Entretemps, les chats du quartier s’amusent avec le contenu.Voici la collection non-collectable du vendredi dernier, rue du puits.
Et pire, dans un coin un peu perdu de cette même rue, là ou les éboueurs ne passent même pas, il y a un coin que quelqu’u utilise comme déchetterie personnelle.
Un peu dégeu, quand même.
Heureusement, tous ces petits emmerdements sont largement compensés à Tournus, car ici, on peut aussi aller se promener sur les bords de Saône, où l’on trouve des petits coin de nature sympathiques avec un beau grenouille dans l’eau qui sort du moulin ‘La Folie’. À 300 mètres du centre-ville.

Des touristes qui se régalent aussi proche pour pouvoir facilement profiter de notre belle ville.Et finalement… des spectacles superbes, de la ville et de l’abbaye en lumière, chaque soirée. Alors Tournus, avec ses mauvaises habitudes et ses polissons, reste après tout un superbe lieu pour vivre ensemble. Et je vous promets, la prochaine fois je vous fera un article 100% positif!

2 réflexions sur « Tournus… mon manège à moi »

  1. Durand

    Super reportage ! Pour les poubelles il faudrait que le maire se décide à distribuer des conteneurs comme dedans chaque ville !😄

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *